Un monde de plus en plus V.I.C.A. et ses conséquences délétères sur les managers

Tous les experts le déclarent et nous le vivons au quotidien : le monde en général et le monde des organisations en particulier sont de plus en plus « V.I.C.A. » (Volatile, Incertain, Complexe, Ambiguë). C’était déjà vrai avant la crise du COVID. Cela l’est encore bien plus depuis.

Or des facteurs V.I.C.A. de plus en plus forts induisent nécessairement des pressions de plus en plus intenses, en particulier sur les managers pris entre plusieurs feux : conserver des K.P.I. à un niveau élevés, maintenir la cohésion et la motivation d’équipes et de collaborateurs travaillant à distance, composer avec les absences des malades, etc… Un manager au CODIR d’une gamme d’une grande multinationale française de cosmétiques me déclarait récemment :

Au printemps dernier, avec le confinement, j’ai fait des semaines de 7 jours, très souvent de 8h00 à 22h00 ! J’ai pu récupérer un peu cet été. Mais avec le nouveau confinement, j’ai très peur de devoir remettre cela et de m’effondrer avant la fin de l’année !

Quelle solution clef pour ne pas couler d’ici Noël ? Prendre soin de vous

Malheureusement, si une seule chose est certaine pour le futur proche, c’est bien que la situation globale ne va ni s’adoucir ni s’apaiser. Alors, puisque le rythme effréné du quotidien va continuer voire s’intensifier, puisque vous-même ne pouvez probablement pas ralentir, il vous faut savoir bien mieux prendre soin de vous. Sinon, gare à l’explosion en vol, au tristement célèbre burn out. C’est là que votre résilience va devenir pour vous un enjeu crucial. C’est là qu’il faut distinguer au moins deux manières d’activer celle-ci.

Renforcer votre résilience via le sens : allô M. Cyrulnik ?

En psychologie, la résilience, c’est la capacité d’une personne à vivre, à se développer en dépit de l’adversité.

En France en particulier, quand on parle résilience, on convoque très vite la figure de Boris Cyrulnik, qui a popularisé ce concept depuis de nombreuses années. Il nous en parle en ces termes :

La résilience est un processus qui se met en place chez certaines personnes, leur permettant de rebondir, de « renaître » face à un traumatisme ou une expérience négative…
Dans de nombreux cas, ce processus passe par l’émergence du sens.

Une manière pour vous de renforcer votre résilience pourrait donc être d’intensifier votre dialogue intérieur avec vous-même, afin de préciser à vos propres yeux le sens de votre action managériale présente. Un peu à la manière de l’empereur Marc-Aurèle qui tenait quasiment chaque jour son fameux journal. Il écrivait ses pensées pour lui-même, certes afin de mieux gouverner, mais aussi afin d’être plus fort intérieurement.

Si vous clarifiez par exemple vos réponses aux questions suivantes :

« Au-delà de l’exercice de mon rôle et de mes tâches tels qu’ils sont définis sur le papier, en quoi puis-je être particulièrement utile dans la période actuelle ? Qu’est-ce que je peux offrir que moi seul peux offrir ? En quoi puis-je spécifiquement servir mes équipes, mes pairs ? Comment puis-je être davantage aligné avec mes valeurs clefs dans mes prises de décision ? etc.»

… il existe de fortes chances que vous vous sentiez plus fort, plus résistant face au tourbillon du quotidien.

Renforcer votre résilience via le corps

Cette dimension-là de la résilience est beaucoup moins connue en France que la première. Centrée sur le court terme, elle s’active principalement via notre physiologie, par exemple via des techniques respiratoires comme la cohérence cardiaque.

Cette technique a surtout été popularisée par l’institut Nord-Américain Heartmath, à partir des années 1990, via diverses études et publications scientifiques, qui ont fini par attirer l’attention de… l’armée américaine. Pour celle-ci, le renforcement de la résilience des soldats déployés en opération, autrement que par le sens, devenait un facteur de plus en plus crucial.
Et comme les travaux d’Heartmath se sont avérés très convaincants, l’armée américaine s’est emparée de leurs concepts et de leurs outils pour ses soldats. C’est ainsi qu’est né le S.R.T.S. , système d’entrainement à la résilience pour mieux gérer le stress spécifique aux soldats, notamment aux fameux « marines ».

Le S.R.T.S. et ce qu’il peut vous apprendre pour mieux gérer votre stress

L’un des atouts majeurs du S.R.T.S. est qu’il conçoit la gestion du stress de manière durable, et non ponctuelle comme trop de méthodes connues. A ce titre, la définition que le S.R.T.S. donne de la résilience est très éclairante. La résilience pour un soldat, c’est :

  1. la capacité à se préparer à vivre des situations difficiles ;
  2. la capacité à y faire face en étant performant et efficace ;
  3. la capacité à récupérer le plus rapidement possible.

En bref, votre résilience peut être comparée à une batterie intérieure rechargeable, dont le niveau d’énergie va varier tout au long de vos journées, en fonction de divers paramètres.

Partant de là, le manager qui souhaiterait « surfer » sur les grosses vagues qui s’annoncent d’ici la fin de l’année en cours devrait se poser au minimum les trois questions suivantes :

  • Quelle quantité d’énergie puis-je actuellement stocker dans ma batterie intérieure?
  • Suis-je bien certain qu’au quotidien, je ne consomme pas davantage d’énergie que je n’en stocke ?
    NB : cette question est d’autant plus fondamentale que, très souvent, les managers glissent dans le burn-out sans s’en rendre compte !
  • Comment pourrais-je augmenter la puissance de ma batterie de manière durable?

Au final, que ce soit via le sens ou via des méthodes corporelles, pour faire mieux que survivre et tenir dans le contexte actuel, il est vital :

  • D’une part de mieux connaître votre propre résilience,
  • D’autre part d’apprendre à la renforcer !

Namaskar Coaching & Learning est là pour vous y aider !

Vous appréciez ce contenu : n'hésitez pas à le partager

Categories:

Pas encore de commentaire. Soyez le premier !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    20 − 18 =